Projet Areval

Afin de tenter de remédier aux problèmes engendrés par la crépidule vis-à-vis des activités de pêche à la coquille Saint-Jacques en Baie de Saint-Brieuc et d'ostréiculture en Baie de Cancale, un programme d'exploitation industrielle et de valorisation de la crépidule a été initié par l'association AREVAL, structure conjointe du Comité Régional des Pêches Maritimes (CRPM Bretagne) et de la Section Régionale de la Conchyliculture (SRC Bretagne).

De 2002 à 2006, 50 000 tonnes ont été récoltées au total dans chacune des deux baies, au moyen d’une drague aspiratrice équipant un sablier. Le produit récolté est traité pour une utilisation en tant qu’amendement calcaire.

 

Récolte industrielle de la crépidule en Baie de Saint-Brieuc au moyen d'une barge aspiratrice

Le suivi scientifique de l'exploitation était assuré par l'Ifremer, en collaboration avec Côtes d'Armor Développement. Il avait notamment pour objectif d'analyser l'impact de la récolte sur le milieu et la "ressource".

Plusieurs campagnes de mesure ont été réalisées dans les baies de Saint-Brieuc et de Cancale. Dans la première, deux zones ont particulièrement fait l'objet d'un suivi régulier (Comtesses et Taureau). Les travaux ont consisté en une cartographie des fonds par sonar à balayage latéral, complétée par une observation à la vidéo sous-marine et des prélèvements biologiques et sédimentaire à la benne, permettant de noter une évolution temporelle.

Ont été analysés :

  • impact de cette récolte sur le peuplement et le sédiment
  • cartographie de l'espèce dans chaque secteur
  • vitesse de recolonisation.

Les conclusions du rapport contractuel qui a été fourni soulignent à la fois l'efficacité de ce type de récolte dans les zones les plus denses, mais aussi la nécessité de la compléter par des dragages artisanaux dans les secteurs moins accessibles. D'autre part il est rappelé que, comme il est illusoire de vouloir désormais éradiquer la crépidule de nos côtes, seule une récolte régulière et pérenne permettra de lutter contre sa prolifération.

Concernant les secteurs de pêche, les recommandations sont de récolter en priorité dans les zones peu colonisées, avant que le sédiment ne soit modifié de manière irréversible.

Les résultats font apparaître que, en dépit de l'effort de prélèvement sur chacune des zones, le niveau de colonisation reste conséquent. Des recolonisations s’opèrent en effet à partir de la périphérie sous l’action des tempêtes, des courants et du fait du passage d’engins de pêche (dragues et chaluts) dans les zones nettoyées. A cela s’ajoute le recrutement, particulièrement important ces dernières années du fait de conditions météorologiques favorables.

Observation en plongée de l'efficacité de la récolte de crépidules par la drague aspiratrice