Benoît Waeles

Benoit WAELES a soutenu sa thèse en 2005 sur "Modelisation morphodynamique de l'embouchure de la seine"  

Discipline: Terre Enveloppe Fluide

Univ. de soutenance : Université de Caen Basse-Normandie

Directeur de thèse : Pierre LE HIR (Ifremer)

Financement: Programme Scientifique Seine-Aval II piloté par le Conseil Régional de Haute-Normandie

Domaines : Océanographie physique

Titre anglais : Morphodynamic modelling of the Seine mouth

Mots-clés français : Morphodynamique, Hydrodynamique, Transport sediment, Modelisation, Seine estuaire

Mots-clés anglais : Morphodynamic, Hydrodynamic, Sediment transport, Modelling, Seine estuary

 

  

Résumé français : L'embouchure de la Seine a subi des évolutions morphologiques fortes depuis plusieurs décennies, en raison de travaux d'endiguement pour améliorer les accès aux ports de Rouen et du Havre. Une tendance importante est la progradation de l'estuaire aval. Simultanément, la superficie des vasières intertidales tend à diminuer. Les fonds de l'estuaire sont composés de vase et de sable fin (respectivement transportés depuis la rivière de Seine et depuis le large). Leurs distributions sont liées aux caractéristiques hydrodynamiques de l'estuaire et peuvent présenter des structures verticales litées. Pour comprendre les évolutions morphologiques de l'estuaire, un modèle numérique morphodynamique est développé, à partir d'un modèle (3D) validé de transport de sédiments vaseux. Un modèle de transport de sable fin en suspension, ainsi qu'un module de réactualisation bathymétrique sont développés. L'érodabilité du sédiment tient compte des proportions de sable et de vase ; deux régimes d'érosion sont distingués (resp. non-cohésif et cohésif). Le sédiment est discrétisé en couches fines (~ mm) et la consolidation des couches vaseuses est simulée. Ainsi, l'érodabilité des couches superficielles dépend de la concentration relative de vase (i.e. entre les grains de sable). Des simulations réalisées pour une condition initiale arbitraire du fond sédimentaire montrent que le modèle reproduit une répartition réaliste des vases et des sables. Les principales tendances morphodynamiques, comme la progradation et la rotation des bancs à l'embouchure, sont qualitativement reproduites. Les résultats montrent que sables et vases contribuent de manière spécifique aux évolutions morphologiques.

Contact : Pierre.Le.Hir@ifremer.fr