Amandine Cozic

Amandine Cozic a soutenu sa thèse le 26 juin 2007 sur :

 

Résumé 

  
Une méthode d'analyse sensible, précise et rapide a été élaborée pour le dosage simultané de 5 composés soufrés réduits volatils (CSRV) : le sulfure de dihydrogène (H2S), le sulfure de carbonyle (OCS), le méthane thiol (MeSH), le diméthyle sulfure (DMS) et le diméthyle disulfure (DMDS). L'étude des CSRV en Baie de Quiberon met en évidence des variations saisonnières et interannuelles des concentrations en zone épibentique. L'H2S analysé près de l'interface eau-sédiment (microzones anoxiques) montre des concentrations supérieures en été. La distribution d'OCS est cohérente avec une dégradation photochimique prédominante en hiver et une source sédimentaire en été. Les variations en MeSH, DMS et DMDS sont corrélées avec celles de la densité en Dinophycées. En estuaire de la Seine, l'absence d'H2S volatil en zone de faibles salinités s'explique par la présence de Cu2+ et Zn2+ (complexation). En revanche, aucune interactions significatives n'a pas été mise en évidence entre Ag+ et OCS, et MeSH, et DMS. C'est l'abondance phytoplanctonique qui commande la distribution des MeSH, DMS et DMDS et la photodégradation de composés soufrés organiques et la diffusion à partir des sédiments celle d'OCS. Au sein d'une culture phytoplanctonique traitée à l'argent (photobioréacteur), la concentration en H2S n'apparaît pas affectée par les ions métalliques. Des réactions de transformations du DMS pourraient expliquer l'augmentation des teneurs en MeSH et DMDS alors que la présence d'OCS serait davantage liée à la dégradation de composés soufrés biogéniques libérés par le phytoplancton.