FILMANCET

Avec également la participation financière des comités locaux du Nord Finistère, Saint Malo, Saint Brieuc et Paimpol.

En novembre 2008, le Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins, les Comités Régionaux du Nord Pas de Calais et de Bretagne ainsi que les comités locaux ont mis en place pour deux ans le programme FilManCet (Fileyeurs Manche Cétacés) avec l’aide de financements européens, (FEP) régionaux et nationaux. Sa finalité était d’établir un état des lieux de la réalité des captures accidentelles de mammifères marins en Manche et d’étudier la mise en œuvre de solutions techniques adaptées pour les limiter en collaboration avec les scientifiques (Ifremer et CRMM). Il comprenait trois volets :

  • Estimation de l’occurrence et de la composition des captures accidentelles de mammifères marins des fileyeurs, à partir des ports de Boulogne sur mer et de Saint Malo à Roscoff, par le biais d’observations à bord,
  • Renforcement des connaissances sur les différentes espèces de cétacés présents en Nord Pas de Calais, par le biais de comptages et d’études sur les animaux échoués,
  • Test de répulsifs acoustiques à cétacés, dans le but de trouver une alternative aux dispositions prévues par la réglementation européenne.

75 navires ont participé au programme

En Manche Ouest (VIIe), 438 jours de mer en présence d’observateurs ont été réalisés. En Manche Est (VIId), la couverture d’observation était plus faible et plus irrégulière (en particulier la première année de réalisation du programme) avec 172 jours de mer réalisés.

Au total, l’effort d’observation réalisé représente 5000 km de filets en 1674 opérations de pêche (virage des filets).

Pendant les deux ans de programme, 5 captures accidentelles ont été recensées. 1 capture accidentelle de marsouin a été observée au sud de la mer du Nord (IVc) au mois de mai. Aucune capture accidentelle n’a été observée en zone VIId . En zone VIIe, 2 marsouins, 1 globicéphale et 1 phoque gris ont été observés. Aucune capture n’a été observée entre Paimpol et Saint Malo. Le taux de capture semble plus important en zone IVc.

La distribution des marsouins dans le Nord Pas de Calais dépend de la saison et de la bathymétrie

843,6 km de transects linéaires d’observations (sightings) ont été réalisés en Manche Est et mer du Nord sur 2 périodes (hivernale (mars-avril), estivale (juillet-septembre)). 146 marsouins ont été observés en 2009 et 220 en 2010. Ces observations ont permis de calculer des taux de rencontre de marsouins ainsi de cartes montrant les zones où il est plus probable de rencontrer des marsouins.

Concernant la répartition spatio-temporelle, les résultats montrent des densités de marsouins plus importantes en hiver qu’en été. De plus, la présence des marsouins est plutôt côtière en période estivale et plutôt au niveau des bancs l’hiver. Enfin, le banc des Flandres semble être une zone privilégiée de mise bas avec 15% des observations comprenant un jeune.

La distribution des marsouins est liée à la morphologie des fonds avec une importance des zones de bancs (bancs de Flandre, Ridens).

Distribution des marsouins

Des pingers (répulsifs acoustiques) plus pratiques à utiliser

Deux navires volontaires ont utilisé le DDD 03 lors de 15 opérations de pêche entre le mois d’avril et le mois de juin 2010. Aucune capture accidentelle n’a été observée dans les filières équipées ni dans les filières témoins. Il n’est donc pas possible de conclure quant à leur efficacité. Un système d’accrochage simple au niveau de l’extrémité du filet (incluant une bouée pour compenser le poids) a été réalisé avec les pêcheurs. Des essais de ce pingers et de l’Aquamark vont continuer sur Dunkerque pendant la pêche à la sole sur la zone des bancs.

Des informations pertinentes pour la recherche de solutions de limitation des captures de mammifères marins adaptées au contexte local

Le règlement européen n° 812/2004 rend obligatoire l’utilisation de pingers (répulsifs acoustiques) dans toute la zone VII (Manche et Mer Celtique), zone supposée à fort taux de captures. Or les résultats obtenus par la France montrent que la zone VII est très hétérogène en taux de captures. A priori, la zone VIIe (Manche ouest), près des côtes bretonnes est peu concernée par les captures accidentelles de marsouins et de dauphins ainsi que la zone VIId (Manche est).

Le nombre de captures accidentelles dépend à la fois du métier de la zone et de la saison concernée. Les solutions pour les limiter doivent ainsi être adaptées aux situations locales et certainement pas généralisées. Les pingers ne constituent pas en ce sens la panacée d’autant qu’en l’état actuel leur utilisation à grande échelle poserait la question de la détérioration de l’habitat des mammifères.

Documents à télécharger

Sites internet à consulter

Partenaires