COMANCHE

Interactions écosystémiques et impacts anthropiques dans les populations de COquilles Saint-Jacques de la MANCHE 

La coquille Saint-Jacques Pecten maximus est aujourd’hui en débarquements (tant en tonnage qu’en valeur) l’espèce la plus importante pour les flottilles côtières françaises de la façade Manche. Les principaux gisements exploités, en baie de Seine et en baie de Saint-Brieuc, sont évalués scientifiquement depuis plusieurs années ; de nombreuses études ponctuelles sur cette espèce ont été menées, mais aucun projet global prenant en compte l’ensemble des thématiques de recherche, de la compréhension des phénomènes biologiques aux aspects économiques relatifs aux pêcheries n’a à ce jour été entrepris.

Le projet COMANCHE (Interactions écosystémiques et impacts anthropiques dans les populations de COquilles Saint-Jacques de la MANCHE) s’inscrit dans cette logique. Il a vocation à améliorer notre connaissance de la coquille Saint-Jacques à l’échelle de l’ensemble de la Manche, à travers une approche écosystémique des pêcheries, en faisant appel à un large éventail de disciplines scientifiques (physique, chimie, génétique, écologie, géostatistique, modélisation, économie….).

Le projet est prévu pour une période de trois ans. Nous proposons ici d’identifier les caractéristiques et la structure des principales populations exploitées de coquilles Saint-Jacques, de déterminer la position de cette espèce au sein de l’écosystème de la Manche et de quantifier les impacts associés à son exploitation. Plus précisément, le projet propose de mieux caractériser la distribution spatiale de la coquille Saint-Jacques en Manche, et de mettre en évidence la connectivité entre les différents gisements, en décrivant les mécanismes impliquant la dispersion larvaire. La fluctuation temporelle du recrutement sera également étudiée par rapport aux principales variables environnementales. Les interactions de la coquille Saint-Jacques avec son écosystème seront appréhendées par l’étude de la dynamique du phytoplancton constituant sa nourriture, et particulièrement les conditions d’apparition et de développement des efflorescences d’algues toxiques qui affectent la croissance et la commercialisation des coquilles St Jacques. Le projet vise également à modéliser spatialement la dynamique de la croissance individuelle et des populations selon les fluctuations des conditions environnementales. Par ailleurs, les interactions complexes entre la coquille Saint-Jacques et l’un de ses compétiteurs, la crépidule, seront étudiées ainsi que l'impact des espèces invasives sur l’écosystème. Dans la dernière partie du projet, l'activité de la pêche à la coquille Saint-Jacques sera étudiée dans l’objectif de mesurer d’une part l’impact des engins sur l'écosystème et d’autre part d'analyser la performance économique des circuits de vente correspondant aux différents gisements (et leurs mesures de régulation) exploités en Manche.

Le projet COMANCHE présente un double intérêt, scientifique d’une part puisqu’il permettra l’acquisition d’avancées dans le domaine de l’approche écosystémique des pêches (la publication des résultats dans des revues à portée internationale est prévue, ainsi qu’une diffusion large auprès de la communauté scientifique), et directement opérationnel d’autre part en proposant de nouveaux outils d’aide à la décision dans l’optique d’une gestion durable des stocks de coquilles Saint-Jacques en Manche.

Réunion de lancement

Partenaires

Contact Ifremer : Eric FOUCHER, Ifremer Port-en-Bessin.