Plateformes Technologiques

Taxonomie et écologie du zooplancton

Réseaux trophiques

Pôle de sclérochronologie

Hydrodynamique et Océano-météo

CRESCO, Centre de Recherche et d'Enseignement sur les Systèmes COtiers

Taxonomie et écologie du zooplancton

Le pôle Taxonomie et Écologie du Zooplancton assure, sur la façade Manche, le suivi des communautés planctoniques et la surveillance écologique du milieu et recense les événements, tel que l’introduction d’espèces « exotiques » dans les ports (eaux de ballast). Le pôle s’est équipé de deux ZooScans, un nouvel outil d’analyse d’image pour l’identification automatisée du zooplancton et de l’ichtyoplancton. Cet outil permet une meilleure exploitation des échantillons (identification, abondance et biomasse). Il réduit le temps d’analyse et offre une meilleure résolution spatio-temporelle des modèles. Il permet également la sauvegarde numérique des collections, ce qui facilite les échanges d’expertise taxonomique.

Le pôle s’organise autour de deux axes de recherche :
- la diversité et la structuration spatiale de la communauté zooplanctonique en relation avec l’environnement trophique et écologique sous l’influence des facteurs climatiques, hydrologiques et anthropiques ;
- le développement, la maîtrise et l’application d’outils permettant l’identification d’organismes planctoniques de façon automatisée et/ou semi-automatisée via l’acquisition et l’analyse d’images.

Le pôle zooplancton participe au projet InterReg CHARM 3 (Approche intégrée pour la gestion des ressources marines en Manche) en proposant, en collaboration avec les partenaires anglais, une cartographie des principales espèces zooplanctoniques et ichtyoplanctoniques en Manche.

 

Exemple d'organismes zooplanctoniques identifiés par le ZooScan.

Réseaux trophiques

Les thèmes de recherche de la plateforme d’écologie trophique d’Ifremer Boulogne-sur-mer visent à comprendre les relations proie-prédateur et les conséquences des modifications de ces relations dues à certaines activités anthropiques sur le fonctionnement de cet écosystème.

Plusieurs groupes fonctionnels sont utilisés pour décrire les liens trophiques, la structure et le fonctionnement du réseau trophique. Les espèces étudiées ne sont pas uniquement les espèces commerciales mais aussi les poissons et invertébrés jouant un rôle pertinent dans la dynamique trophique.

Les relations trophiques entre les espèces se mesurent en flux de carbone et d’énergie. Une bonne connaissance de ces relations est cruciale pour comprendre le fonctionnement trophique du milieu marin. Et ces connaissances sont importantes pour des enjeux de conservation de la biodiversité, de consolidation des biocénoses et des communautés face à des perturbations de l’environnement.

Ceci s’avère d’autant plus vrai dans le cas des écosystèmes marins fortement exploités où les communautés biologiques subissent des modifications physiologiques, y compris les processus biologiques impactés par les activités anthropiques (i.e., pêche, perte de la biodiversité et changement climatiques.

Les écosystèmes marins sont extrêmement complexes et dynamiques. La compréhension des processus fondamentaux, qui sont la base de la structure des réseaux trophiques, reste relativement limitée. Il y a des défis significatifs dans l’étude des réseaux trophiques car la majorité des aspects quantitatifs de liens trophiques est encore méconnue . Ceci étant dû à des processus complexes de bases nécessitant l'application de protocoles et une collecte de données efficaces.

 

Les analyses réalisées en laboratoire sont:

  • Des analyses de contenus stomacaux: il s’agit de déterminer les aliments « significatifs/clés » du régime alimentaire d’espèce donnée et d’identifier sa place dans la chaîne alimentaire;
  • Les analyses d’isotopes stables: la signature des isotopes naturels du carbone et de l’azote est identifiée afin de déterminer le régime alimentaire de l’organisme, son niveau et son comportement trophiques
  • Géomorphométrie: Cette analyse prendre en compte la quantification géométrique, la topographie et la détermination de points homologues chez les poissons. Cette étude géometrique de la morphologie (forme) des constitue un outil idéal à l’identification de loi généraliste morphologique existant entre un prédateur et son/ses proies. La détermination des relations allométriques basés sur les characteristiques morphometriques des proies et son prédateur est un outil innovant et pourra identifier et améliorer nos connaissances sur l’écologie trophique des poissons.

Les analyses de contenus stomacaux et isotopes stables des poissons sont utilisés conjointement pour la détermination et la validation des lois génériques/allométriques des relations prédateurs-proies.

Contact: Ching VILLANUEVA, Ifremer Boulogne-sur-Mer.

Pôle de sclérochronologie
Hydrodynamique et Océano-météo

Le service Hydrodynamique et Océano-météo de Boulogne-sur-Mer et de Brest dépendent du département Essais et Recherches Technologiques (ERT). Celui de Boulogne mène des recherches sur l'hydrodynamique des engins sous-marins et des nouveaux concepts offshore. Pour cela, il dispose de moyens expérimentaux et numériques lui permettant de fournir des avis d'expert.

L'équipe de Boulogne-sur-Mer a en charge l'exploitation d'une veine d'essais à circulation d'eau et surface libre. Des techniques de mesures spécifiques à l'hydrodynamique y sont régulièrement développées et mises en oeuvre. Des essais sont réalisés pour des partenaires français ou étrangers, sous forme de projets de recherche et développement ou de prestations à caractère confidentiel.

CRESCO, Centre de Recherche et d'Enseignement sur les Systèmes COtiers

application/pdf Communiqué de presse du CRESCO