La science

Les sources hydrothermales

Les sources hydrothermales sont de vrais geysers sous-marins localisés le long des dorsales océaniques et de certains volcans sous-marins, là où la croûte océanique est si fine que l’eau de mer pénètre en profondeur pour se transformer au contact de la chambre magmatique. Après s’être réchauffé, chargé en composé réduits comme le méthane, l’hydrogène ou le sulfure, et en métaux lourds, le fluide hydrothermal dépourvu d’oxygène ainsi généré remonte en surface pour former des fumeurs noirs où le fluide expulsé peut atteindre des températures de 400 °C

Ci-dessous Pierre-Marie Sarradin, chimiste et responsable de l'unité Étude des écosystèmes profond vous explique l'hydrothermalisme et l'origine des sources chaudes.

Leur découverte en 1977 a été déterminante d’un point de vue biologique. Non seulement elle a révélé l’existence d’une biodiversité encore inconnue avec la description de centaines de nouvelles espèces, mais elle a également permis de mettre en évidence un processus biologique encore inconnu: la chimiosynthèse.

En effet, jusque-là il était admis que la vie entière dépendait de la photosynthèse, processus basée sur l’énergie du soleil. Lors de la photosynthèse les plantes et algues vertes utilisent les photons provenant de l’énergie lumineuse pour synthétiser à partir d’eau et de dioxyde de carbone la matière organique. Ce processus étant dépendant de la lumière, l’océan profond a longtemps été considéré comme dépourvu de vie… mais les sources hydrothermales ont leur propre source d’énergie, les bactéries sont capables d’utiliser les composés dissous du fluide pour synthétiser la matière organique, soutenant ainsi des communautés animales luxuriantes !

Les espèces hydrothermales sont inféodées à leur milieu (on les appelle espèces endémiques) et survivent dans des conditions considérées toxiques pour la majorité des organismes vivants et sont donc fascinantes d’un point de vue scientifique pour leur capacité d’adaptation.

Nos connaissances sur la faune hydrothermale sont cependant encore très limitées en raison de la difficulté d’accéder à ces écosystèmes souvent situés dans des profondeurs océaniques supérieures à 1000 m. Pourtant ces écosystèmes font l’objet d’un intérêt industriel grandissant pour les ressources qu’ils recèlent ! Il est donc important de rapidement accroître notre connaissance de ce milieu afin d’estimer l’impact potentiel d’une exploitation minérale à venir.