Les fonds marins

Les baies constituent des écosystèmes particuliers, à l’équilibre écologique fragile. Leur plan de gestion doit considérer la configuration de chaque site et ses caractéristiques, conformément aux objectifs de protection de l’écosystème, en favorisant la création d’une activité économique intégrée au milieu naturel (Paskoff, 2004). Les aménagements indispensables (du simple stationnement, pistes cyclables, cheminements pédestres, etc... à la construction maritime et portuaire, avec les activités d’aquaculture et de conchyliculture) doivent être conçus en intégrant tous ses aspects environnementaux.

Suite à une prise de conscience collective, le concept du développement durable apparu en 1987 au sommet de Rio s'est élargi à celui de ville durable avec la Charte d'Aalborg en 1995. Or, comme 13 des 15 grandes villes au monde sont à proximité de la mer, il est nécessaire de considérer leur empreinte écologique sur la zone littorale, frange étroite, fragile et mal connue. Le projet de la ville de Dontang, première ville écologique en Chine est un exemple d’aménagement en zone littorale.

Dans ce contexte général d’aménagement, la baie de Marennes-Oléron (BMO) fait l’objet d’un suivi méticuleux, d’autant plus que la création de polders, façonnés par l’homme depuis le Moyen Age et adjacents à la baie (Brochard, 1998), a provoqué des modifications de la morphologie des zones marines et continentales récentes, comme l’attestent les cartographies du marais poitevin (Tabare, 2005).

A partir de différents programmes, notamment régionaux et plus particulièrement dans le cadre d’un projet national d’environnement côtier (PNEC) concernant la dynamique sédimentaire de la BMO, le problème général de l’envasement de la baie nous a conduit à étudier plus spécifiquement les processus hydro-sédimentaires des sédiments superficiels. En BMO, on observe sous certaines conditions hydrodynamiques et météorologiques une stratification de la colonne d’eau (lutocline) qui sépare une couche supérieure en suspension d’une couche concentrée de sédiments fins (CBS). Cette couche, appelée régionalement « mollin », se déplace très facilement au-dessus d’un sédiment mou saturé, sous l’influence des courants de marée et sous l’action des vagues. La nature des faciès sédimentaires, liés à l’hydrodynamique de la BMO et/ou à sa morphologie, ainsi que la production des biodépôts, liée aux élevages conchylicoles et à leurs interactions, ont une influence sur les conditions de remise en suspension ou de déposition des sédiments superficiels par les agents hydrodynamiques (courant de marée, houle). Les actions de ces forçages sur les sédiments provoquent des modifications plus ou moins importantes dans les processus sédimentaires. Les conséquences de ces modifications peuvent être très graves pour le milieu et sont actuellement un enjeu majeur dans nos sociétés.

INTERCOH 2009  
La conférence bi-annuelle INTERCOH est consacrée à l'amélioration de notre compréhension des processus physiques de sédiments cohésifs dans l'environnement naturel.
La dixième édition de cette conférence s'est tenu à Rio de Janeiro et à Paraty (brésil) entre le 3 et le 8 mai 2009. Pour cette édition, une session spéciale a été dédiée aux comportements des sédiments fins dans les ports et les chenaux de navigation.
Un poster a été présenté par Stephane Kervella (Étudiant en thèse) sur les propriétés rhéologique des sédiments fins de la baie de Marennes-Oléron. Ce poster a reçu le second prix Ray Krone.