Agrégations autour des DCP ancrés

Une typologie des agrégations de poissons observées autour de DCP ancrés en Martinique est proposée par Doray (2007) à partir d’observations acoustiques couplées à des identifications de poissons faites à partir de camera et de pêches expérimentales et professionnelles (projet « DAUPHIN »). Quatre types d’agrégations se distinguent à proximité des DCP pendant la journée :

  • Une couche de surface (0 à 20 m de profondeur), constituée de petits thons (20 cm de longueur à la fourche environ) : thon à  nageaoires noires (Thunnus atlanticus), thon à nageoires jaunes (Thunnus albacares), listao (Katsuwonus pelamis), auxide (Auxis thazard), thonide commune (Euthynnus alletteratus), etc. Mal évaluée au sondeur, elle semble peu importante au regard des résultats de la pêche ciblant ces poissons utilisés comme appât. Ces agrégations sont mobiles et généralement situées en amont du DCP par rapport au courant.
  • Une agrégation de poissons habituellement rencontrés sous les « bois dérivants ». Il s’agit de dorade coryphène (Coryphaena hyppurus), carangues, balistes, etc. Cette agrégation est située très près du DCP et n’est pas très importante.
  • La majeur partie de la biomasse de poisson agrégé à proximité du DCP se trouve en sub-surface entre 30 et 100 m de profondeur, en amont du DCP par rapport au courant, jusqu’à 400 m au maximum du dispositif. Cette agrégation en forme de cône est composée essentiellement de thon noir, thon jaune et listao d’environ 50 cm de longueur à la fourche. Sa biomasse estimée par échosondeur représenterait environ 95 % de la biomasse de poisson agrégée autour des DCP ancrés. Elle a été évaluée (Doray et al. 2009) à 7 tonnes en moyenne le jour (écart type : 5.4, de 1 à 24 tonnes). Cette concentration de poissons est caractérisée par une grande variabilité de sa biomasse au cours du cycle nycthémérale, mais aussi d’un jour sur l’autre et au cours de l’année. Le jour la concentration se forme le matin à partir de 6 heures, atteint son maximum en milieu de journée et commence à se défaire vers 3 heures de l’après-midi. Les observations faites au cours de la campagne « DAUPHIN » suggèrent que lorsque deux DCP sont placés à proximité (1 à 2 milles l’un de l’autre), la concentration de poisson se reforme le matin de façon apparemment aléatoire d’un dispositif à l’autre. Lorsqu’un DCP est équipé de 2 têtes placées à quelques centaines de mètres l’une de l’autre, les poissons se concentrent en amont de la tête située la plus en amont par rapport au courant. Les variations d’abondance de poissons de sub-surface, observées au cours de l’année seraient liées à l’abondance des proies (Doray et al. 2009).

application/octet-stream Video observation of the fish aggregated in subsurface

Observation des poissons agrégés en sub-surface par caméra (le profondimètre en bas à droite indique la profondeur de la caméra)

Observation des poissons agrégés en sub-surface par echosondeur et dans les captures des professionnels

  • Des grands poissons prédateurs se localisent vraisemblablement à proximité de l’agrégation de thons de sub-surface. Il s’agit de poissons mobiles constitués essentiellement de marlin bleu et de thon jaune dont l’importance est mal évaluée par échosondeur. Certaines de ces espèces, comme le marlin bleu, semblent attirées par la concentration de poissons autour des DCP. En effet, 89 % des proies retrouvées dans leurs contenus stomacaux sont constitués des espèces trouvées autour des DCP, parmi lesquelles 80 % sont des petits thons de surface ou des poissons rencontrés sous les bois dérivants et 20 % des poissons de taille moyenne qui paraissent venir de la couche de thon de sub-surface (Reynal et al., 2006).

Schéma explicatif de la répartition des agrégations de poissons autour d’un DCP ancré (à partir d’observations faites en Martinique en 2003-2005)