FAQ

DCP ancrés ou dérivants

Il faut rappeler qu’une confusion est fréquemment faite entre les DCP dérivants exploités par des navires industriels et les DCP ancrés exploités par des pêcheurs à petite échelle. Un senneur industriel peut capturer jusqu’à 200 tonnes en un seul coup de senne qui dure une demie journée. C’est ce que débarquent 200 navires martiniquais en un an à partir de pêches associées aux DCP ancrés. Par ailleurs, sous un DCP, les thons s’organisent en niveaux plurispécifiques mais homogènes en taille. Les petits thons de plusieurs espèces se trouvent en surface et tournent à proximité du DCP. Les moyens sont un peu plus profonds et les plus gros encore plus profonds mais s’étendent sur un espace plus large que les précédents. L’usage d’une senne (celle utilisées par les navires industriels peuvent couvrir jusqu’à 21 ha) à pour inconvénient de capturer tous les juvéniles en surface. Dans le cas des DCP ancrés, une senne ne peut être utilisée car la corde de l’ancrage empêcherait sa fermeture. Les pêcheurs ne prélèvent que quelques juvéniles dont ils se servent comme appât. Il faut donc garder à l’esprit que l’impact des DCP ancrés n’est pas celui des DCP dérivants. Malgré tout, il reste essentiel d’encadrer et d’évaluer l’impact de toute activité de pêche sur les ressources halieutiques.

Le DCP est un piège écologique

Cette hypothèse a été émise pour les DCP dérivants. Les biologistes parlent de piège écologique lorsque les individus d’une espèce, se fiant à des indices trompeurs généralement associés à une activité humaine, colonisent un habitat qui se révèle finalement inadapté à leur survie. En suivant les radeaux artificiels utilisés par les pêcheurs, les thons s’éloigneraient en effet de leurs routes de migration habituelles pour se retrouver dans des zones défavorables, où la ressource alimentaire ferait défaut. Les études réalisées sur ce sujet n’ont pas permis d’affirmer que les DCP dérivants ont un impact négatif sur l’ensemble du cycle de vie des thons et qu’ils constituent un véritable piège écologique. Néanmoins, il semble raisonnable que les DCP dérivants ne soient pas déployés dans les zones où se concentrent les juvéniles de thons. On éviterait ainsi d’entrainer ces jeunes poissons en dehors des zones qui leur sont favorables.

Pour en savoir plus

HALLIER J.P AND GAERTNER D., Drifting fi sh aggregation devices could act as an ecological trap for tropical tunas species, Marine ecology progress series, Vol. 353: 255–264, 2008.

FONTENEAU A, ARIZ J, GAERTNER D, NORDSTROM V, PALLARES P., Observed changes in the species omposition of tuna schools in the Gulf of Guinea between 1981 and 1999, in relation with the fish aggregating device fishery. Aquatic Living Resources, 13: 253–257, 2000.