ROCCH

Créé en 1974 sous le nom de Réseau National d'observation puis repris en 2008 sous son nom actuel, le Réseau d'Observation de la Contamination CHimique (ROCCH) a pour rôle la surveillance de la contamination chimique sur le littoral.

La surveillance des contaminants chimiques est effectuée dans les trois matrices marines, eau, coquillage et sédiment. Toutefois le sédiment et les coquillages sont privilégiés pour la recherche de ces contaminations car ils concentrent les éléments au cours du temps. A ce suivi il faut ajouter celui de l'imposex, effet biologique du tributylétain (TBT) évalué en observant les modifications de développement chez certains gastéropodes (bigorneaux).

La mise en oeuvre du ROCCH répond à de nombreux objectifs : la Directive Cadre européenne sur l'Eau (DCE), les conventions OSPAR et les règlementations Françaises et Européennes concernant la surveillance sanitaire des coquillages destinés à la consommation humaine.

D'avantage d'informations sur le ROCCH dans la section "Contaminants chimiques" du site internet envlit.ifemer.fr.

Le ROCCH intègre également le suivi chimique des zones de production conchylicoles pour le compte de la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) du Ministère de l'agriculture et de la pêche. Cette surveillance porte sur les trois métaux réglementés (mercure, plomb, cadmium) dans les espèces exploitées.

Surveillance chimique dans la matière vivante

Le laboratoire de Dinard participe plus particulièrement à l'observation des contaminations chimiques dans les coquillages. il assure le prélèvement régulier de 12 points sur les départements d'Ille-et-Vilaine et des Côtes d'Armor.

Les organismes marins, moules et huîtres, sont ici utilisés comme indicateurs quantitatifs de la contamination chimique car ils sont représentatifs de l'état chronique de contamination du milieu marin dans lequel ils vivent. En effet, ils possèdent la propriété d'accumuler les contaminants présents dans ce milieu jusqu'à atteindre un équilibre avec lui (bioaccumulation).

En Bretagne Nord les coquillages sont prélevés le plus souvent deux fois par an pour la recherche de nombreux contaminants (métaux, organochlorés, HAP) et plus particulièrement le mercure, le plomb et de cadmium pour des raisons sanitaires.

De plus tous les échantillons de mollusques ont été conservés sous forme stabilisée depuis 1981, constituant ainsi une banque d'échantillons marins (la mytilothèque), probablement unique au monde.