REMI

Créé en 1989, le REseau de contrôle MIcrobiologique des zones de production conchylicoles (REMI) a pour rôle la surveillance de la contamination microbiologique dans les zones d'exploitation de coquillage présentes sur les plages ou au large.

Germes tests de contamination fécale

Les coquillages marins bivalves filtrent des quantités importantes d’eau pour leurs besoins physiologiques (alimentation, respiration) et par là même concentrent dans leurs tissus les substances ou les microorganismes environnants.Du fait de la présence très irrégulière et de la multitude des microorganismes pathogènes (bactéries, virus, parasites) dans les eaux littorales, et de l'absence de technique de routine pour la recherche de virus et de la fixation de normes virologiques, le contrôle sanitaire se fonde sur la recherche dans les coquillages des bactéries Escherichia coli (E. coli) ou "germes tests de contamination fécale". En effet, la quasi totalité des microorganismes pathogènes identifiés dans les eaux littorales sont de provenance fécale, humaine ou animale, et sont, en permanence, accompagnés d' E. coli en grande abondance, et spécifiques des matières fécales.

Evaluation de la qualité microbiologique

En pratique, le niveau de qualité microbiologique est évalué en fonction de l'importance de la pollution d'origine fécale, c'est-à-dire de l'abondance des témoins (E. coli). Le suivi de la contamination fécale par la recherche des bactéries E.coli permet d'évaluer la probabilité, mais non la certitude, du risque sanitaire lié à cette contamination. Plus on observe d'E.coli plus le risque est grand de pouvoir tomber malade en consommant le coquillage.

La réglementation a ainsi défini 3 catégories (A, B, C) pour les niveaux de contamination des zones de production de coquillages. A chaque catégorie des mesures de gestion sont appliquées par les professionnels avant la mise des coquillages sur le marché pour purifier les coquillages si besoin :

Les laboratoires côtiers de l'Ifremer assurent les prélèvements et les analyses nécessaires selon des protocoles précis et des procédures d'assurance qualité.

D'avantage d'informations sur le REMI dans la section "Microbiologie sanitaire" du site internet envlit.ifremer.fr.

Organisation
Surveillance régulière

Le laboratoire de Dinard assure la surveillance régulière du REMI au travers de 65 points le long du littoral d'Ille-et-Vilaine et des Côtes d'Armor.

A chaque point les coquillages sont prélevés régulièrement, le plus souvent mensuellement. Les prélèvements sont réalisés à pied ou en embarquement à bord du Skravic notamment lors des tournées en baie de Paimpol et de la baie du Mont Saint-Michel.

Surveillance en alerte

La surveillance peut passer en alerte lors de la suspicion d'une contamination de la mer (accidents en bord littoral, tempêtes...) ou lors de la détection d'un pic de contamination en surveillance régulière. Organisé en niveau successif (niveau 0 : risque de contamination; niveau 1 : contamination détectée; niveau 2 : contamination persistante) le dispositif d’alerte se traduit par l’émission immédiate d’un bulletin principalement vers les administrations de façon à ce que l’autorité compétente puisse prendre les mesures adaptées en terme de protection de la santé des consommateurs.

Suite au déclenchement de l’alerte (niveaux 0 et 1) un prélèvement sur le (ou les) point(s) de suivi de la zone classée est réalisé dans les 48 heures (sous réserve de conditions d’accès favorables). Si le résultat de l’analyse (ou de la série d’analyses si la zone comporte plusieurs points de suivi) est inférieur au seuil d’alerte défini pour chaque classe (< 1000 E. coli/100g de C.L.I. pour une zone classée A, < 4600 E. coli/100g C.L.I. pour une zone classée B, < 46000 E. coli/100g C.L.I. pour une zone classée C), le dispositif d’alerte est levé. Si le résultat est défavorable, et qu’il y a persistance de la contamination (niveau 2), une surveillance hebdomadaire est conduite (sous réserve de conditions d’accès aux points de prélèvements favorables) jusqu’à la levée de l’alerte, qui intervient suite à l’obtention de deux séries consécutives de résultats favorables.

***

Le projet RESP²ONsable, mené conjointement par l'Agence Régionale de Santé (ARS) de Bretagne et les trois Laboratoires Environnement Ressource bretons (LER Bretagne Nord à Dinard, LER Bretagne Occidentale à Concarneau et LER Morbihan - Pays de la Loire à la Trinité) valorise les données du REMI. Son but est de synthétiser et d'harmoniser les données de l'Ifremer et de l'ARS à l'échelle de la Bretagne pour communiquer sur les risques sanitaires liés à la pêche à pied récréative.

Les publications de l'Ifremer liées au REMI peuvent être retrouvées dans la rubrique "Valorisation des données".