Actualités

LABELFISH

Atlantic Network on Genetic Control of Fish and Seafood Labelling and Traceability

Dans le cadre du projet européen Interreg « LABELFISH », un atelier sur la thématique « Traçabilité / Authenticité des produits de la mer s'est déroulé

Mercredi 29 mai 2013 de 9h30 à 16h à Ifremer – rue de l’Ile d’Yeu – à Nantes
  • Présentation du projet Interreg Espace Atlantique « LABELFISH » par Véronique Verrez-Bagnis - Ifremer
  • Analyse génétique pour l’identification des espèces de poisson et de leur origine dans le contexte de la politique et de la législation européenne par Jann Martinsohn - Commission Européenne, Joint Research Center, Ispra(Italie)
  • TRASEAPILOT :Développement d’une base d’échanges de données commune à toute la filière des produits aquatiques par Catherine Beutin – pôle de compétitivité AQUIMER
  • Comportement, motivations et besoins des consommateurs des produitsde la mer frais: de nouvelles opportunités et stratégies de marketing par Stéphane Gouin et Marie Lesueur - Agrocampus Ouest CFR Rennes, Pôle halieutique
  • Les attentes du consommateur vis à vis des produits de la mer par Fabienne Chol – Directrice Générale de l’Institut National de la consommation (INC)

Le laboratoire a reçu le prix 2012 des techniques innovantes pour l'environnement organisé par l'ADEME et Pollutec (http://www.pollutec.com/Prix-et-Trophees/Prix-des-Techniques-Innovantes.htm) dans la catégorie "déchets" pour ces travaux sur l'extraction de chitines par hydrolyse enzymatique.

 Ces travaux conduits dans le cadre de la thèse de Karine Leroux et en partenariat avec le GEPEA ont fait l'objet d'un dépôt de brevet.
 

Résultats de travaux sur la mise au point d’une technique originale d’extraction de la chitine, polysaccharide le plus abondant sur la surface de la Terre après la cellulose, constituant en partie l’exosquelette des insectes et des crustacés, la paroi des champignons et des bactéries. L’extraction enzymatique de la chitine à partir de coproduits marins grâce à l’intervention de protéases. L’invention portant sur la fusion des deux étapes clés du procédé traditionnel d’extraction de la chitine, la déminéralisation en milieu acide et la déprotéinisation en milieu alcalin, en une seule étape. La fusion des deux étapes rendue possible grâce à l’utilisation d’enzyme à pH optimal d’activité très acide. La réduction des pertes de matière liées au rinçage entre les deux étapes clés et de la réduction de la consommation de volumes d’effluents importants. L’emploi d’acide alimentaire autorisant l’application des produits d’hydrolyse dans les domaines de l’agroalimentaire et de la cosmétique. L’intérêt de ce procédé au niveau de la valorisation de coproduits de crustacés et au niveau de l’obtention de chitines, répondant aux conditions pour être convertis en chitosan, oligochitosan ou glucosamines directement utilisables en agroalimentaire et en cosmétique. Résultats de recherche ayant fait l’objet de dépôt de brevet.

En savoir plus