Projet Generic

Action Generic : Modéliser la croissance des bivalves marins d’intérêt commercial 

Dans le contexte d’une conchyliculture durable, il est nécessaire de mieux comprendre et de quantifier les effets de la variabilité environnementale sur la croissance et la reproduction des mollusques marins exploités, ainsi que les conséquences de fluctuations environnementales (augmentation de la température, eutrophisation, contamination) à court et moyen terme sur ces organismes pour en évaluer les retombées sur le secteur socio-économique.

De façon universelle, tout organisme vivant a besoin de matière pour assurer sa croissance, sa reproduction et sa survie, puisque c’est de cette matière qu’il tire l’énergie nécessaire à son activité. La bio-énergétique, qui permet quantifier les échanges et les transformations d’énergie et de matière entre un être vivant et son environnement, repose sur une connaissance des réponses physiologiques des organismes dans leur environnement (i.e. écophysiologie) et fait appel à la modélisation comme méthode d’intégration de ces connaissances dans un schéma (mathématique) unique du fonctionnement de l’organisme.

Au moyen d'outils expérimentaux et d'outils de modélisation (modèle DEB), l'objectif du projet Generic est de développer des recherches sur l'écophysiologie et la bio-énergétique des mollusques cultivés (huître creuse, moule, huître perlière) et de leurs compétiteurs principaux, dans différents bassins conchylicoles.

Au cœur du projet Generic, on trouve entre autres :

  • Une thèse « GENERIC » (2004-2008), sur la « Conception et mise en application d’un modèle générique de croissance et de reproduction de l’huître creuse, Crassostrea gigas », co-financée par la région Poitou-Charentes et Ifremer ;
  • Un Groupement de Recherche Européen (GdRE) AquaDEB (2007-2011) sur la « Flexibité Flexibilité physiologique des animaux aquatiques : analyse à partir d'un modèle générique de bilan d’énergie et liens avec les processus écologiques et évolutifs » ;

Un site web est dédié au projet

En savoir plus : Marianne ALUNNO-BRUSCIA