Sortie DCP du 07 juin 2012 & pêche au marlin

En vue d'une collecte de donnée biologique (taille, poids, identification) des débarquements qui est souvent compliquée pour différentes raisons (non disponibilité du marin pêcheur, présence de clients...), les embarquements sont un très bon moyen d'obtenir ces informations.
L'ensemble des captures (souvent la godaille n'est pas débarquée, de même que les appâts pêchés et utilisés directement en mer) est observé en temps réel. Si les conditions météorologiques le permettent, des mesures peuvent être effectuées directement à bord.

Le but de ce type de sortie est d'une part d'essayer d'obtenir le maximum d'informations et d'autre part de mettre en œuvre une technique de pêche innovante, car non ancrée dans la tradition locale, le "jigging". Cette technique permet de cibler une ressource
halieutique encore mal exploitée à savoir le thon noir (Thunnus atlanticus).

En effet, les stocks a priori importants de cette espèce sont un atout pour le devenir de la pêche martiniquaise. Cette espèce fait d'ailleurs actuellement l'objet d'une étude dans la Caraïbe. Dans cette optique, des prélèvements de gonades ont été effectués pendant cette sortie afin de déterminer les différents stades de maturité des prises.
Outre l'apprentissage du quotidien des marins pêcheurs, les embarquements en mer permettent de découvrir la mise en œuvre des techniques de pêche.

En effet, les observateurs Ifremer du SIH Martinique sont amenés, de part leur fonction, à régulièrement être au contact de ces professionnels de la mer. Il est donc primordial pour eux de connaître les conditions de travail de ces derniers.

De plus, les embarquements sont un très bon moyen d'échanger et donc d'établir un lien (souvent trop fragile) entre la communauté scientifique et les marins pêcheurs. Cela se traduira par la suite par une confiance mutuelle et collaboration accrue qui ne seront que plus bénéfiques pour la réalisation des missions d'acompagnement de la profession par les équipes Ifremer.