Actualités sur la campagne exceptionnelle DCE

Dans le contexte de la mise en oeuvre de la DCE en Martinique, il est encore difficile de caractériser l’impact des différentes pressions potentiellement responsables de la contamination des écosystèmes aquatiques, qu’elles soient d'origine anthropique et/ou naturelle. Cette caractérisation doit être réalisée afin de pouvoir mener les actions requises pour atteindre, conformément aux exigences de la DCE, le bon état des masses d’eau.

L'utilisation d'échantillonneurs passifs permet d’extraire et de concentrer in situ certaines substances réduisant ainsi, outre le coût, une partie des difficultés liées à l'analyse des contaminants à l'état de traces. Cette méthode permet d'atteindre les limites de détection requises par la DCE et de mesurer des contaminants présents à l’état de trace, qui n'auraient pas pu être détectés par les méthodes classiques.
Trois types d'échantillonneurs passifs ont été utilisés lors de la « campagne exceptionnelle »: DGT pour les métaux traces ; POCIS pour les composés organiques hydrophiles; SBSE pour les composés organiques hydrophobes.

Plus spécifiquement, les objectifs de cette campagne qui s’est déroulée en Martinique en mai et juin 2012, sont :

- de caractériser des masses d'eau grâce à une première évaluation des niveaux de concentration
- de réaliser une première évaluation de la qualité des eaux
- de mettre en évidence la présence de certains composés chimiques sur lesquels il n'y a encore aucune information
L’Ifremer joue un rôle opérationnel sur place envers les équipes DEAL et opérateurs avec l’intervention de Jean-Louis Gonzalez (Centre Ifremer de Méditerranée) et de l’équipe locale de la station du Robert (dont Enora Becheler) pour des tâches de coordination, formation et soutien logistique (réception de matériel, prêt de laboratoire et d’équipements…).