Politique de site

Le Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR) a affirmé sa volonté de développer une politique de site géographique : les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont invités à coordonner leur politique de formation, de recherche et d’innovation sur tous les sites afin de donner plus de visibilité et d’attractivité à la Recherche et à l’Enseignement supérieur français.

Le Ministère de  l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR) a affirmé sa volonté de développer une politique de site géographique : les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont invités à coordonner leur politique de formation, de recherche et d’innovation sur tous les sites afin de donner plus de visibilité et d’attractivité à la Recherche et à l’Enseignement supérieur français.

Les partenariats

L’Ifremer, dans son contrat d’objectifs, s’engage à contribuer à cette politique de site, via plusieurs types de partenariats et en adéquation avec les priorités scientifiques de l’institut :

  • Les Unités Mixtes de Recherche (UMR) structurent le partenariat académique de l’Ifremer et contribuent fortement à une politique de site cohérente. Actuellement, l’Ifremer est impliqué dans neuf UMR, pour environ 15% de ses effectifs scientifiques.
  • Ces partenariats académiques régionaux ont dans certains cas été renforcés par le PIA. C'est le cas des Laboratoires d‘Excellence (LABEX) et IDEX. L’Ifremer est ainsi engagé au sein de quatre laboratoires d’excellence, les Labex Mer, Cemeb,  Cote et Corail.
  • Aux plans national et international, l’Ifremer soutient, anime ou participe en permanence à des GIS (groupements d’intérêt scientifique) ou des GDR (groupements de recherche).

En 2015, 17 projets ont été retenus et financés dans le cadre d’un appel à projets scientifiques et technologiques visant à renforcer la politique de site. Par ailleurs, cette même année, deux nouvelles UMR ont vu le jour – Interactions hôtes-pathogènes environnement (IHPE) et Biodiversité marine, exploitation et conservation (Marbec) – et une autre a évolué : le laboratoire de physique des océans (LPO) a été rejoint par le laboratoire d’océanographie spatiale (LOS) et les physiciens de l’unité Dynamiques de l’environnement côtier (DYNECO) pour former le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS).

L’accueil de doctorants

L’une des contributions de l’Ifremer aux politiques de site consiste à encadrer des doctorants. L’institut encourage également l’accueil de doctorants issus d’entreprises partenaires via des contrats CIFRE.

Les infrastructures de recherches

L’Ifremer apporte également sa contribution aux politiques de site via le partage d’infrastructures régionales indispensables aux recherches marines : pôle de calcul intensif, infrastructures d’observation hauturière et côtière, de biotechnologies marines et d’essais à terre.