EMSO

EMSO (European Multidisciplinary Seafloor and Water Column Observatory) est une infrastructure de recherche européenne (IR) dont l’objectif est d’étudier sur le long terme et en temps réel les processus environnementaux liés aux interactions entre la géosphère, la biosphère et l’hydrosphère, notamment les risques naturels. Il est composé de différents observatoires fixes, situés en eaux profondes ou dans la colonne d’eau, déployés dans les mers tout autour de l’Europe, de l’Arctique à l’Atlantique, de la Méditerranée à la mer Noire.

Missions

EMSO s’articule autour de plusieurs domaines de recherche : géosciences, biochimie, océanographie physique et écologie marine. Cette infrastructure a pour principaux objectifs:

  • l’étude de l’impact du réchauffement climatique sur les mers et les océans autour de l’Europe,
  • l’étude des écosystèmes marins profonds, dans une optique de recherche fondamentale, mais aussi de gestion durable, en s’intéressant particulièrement aux facteurs anthropogéniques et climatiques,
  • l’étude des processus tectoniques, volcaniques, hydrothermaux et gravitaires et la surveillance des risques naturels associés (séismes, tsunamis, instabilité des pentes) pour les zones côtières à forte densité de population.

Fonctionnement et évolutions

EMSO compte 13 membres fondateurs : Italie, France, Allemagne, Irlande, Espagne, Roumanie, suède, Grèce, Royaume-Uni, Norvège, Portugal, Turquie, Pays-Bas.

Soutenu par la procédure Esfri (European Strategy Forum on Research Infrastructures) de l’Union européenne, qui promeut la coopération scientifique en Europe, EMSO est en passe de devenir une entité juridique de droit européen ERIC (European Research Infrastructure Consortium). L’ERIC EMSO intégrera recherche fondamentale, apprentissage et diffusion de l’information sur les observatoires océanographiques européens, et sera le point de contact central des observatoires du reste du monde souhaitant mettre en place des partenariats.

Fixo3, améliorer l’accès aux observatoires

Le réseau FIXO3 (Fixed Point Open Ocean Observatory) cherche à rassembler les observatoires fixes de l’océan et améliorer l’accès à ces installations et aux données produites à une communauté plus large. Dans ce cadre, l’Ifremer, et plus spécifiquement l’unité RDT, travaille actuellement sur l'interfaçage de capteurs (pCO2, pH, hydrophones et sismomètres) destinés aux observatoires, en vue d’un l'implantation sur EMSO-Açores et à plus longue échéance, sur d'autres nœuds de l'Infrastructure de Recherche EMSO.