Zone Méditerranée

Initiative européenne BLUEMED

L'Ifremer a participé aux travaux coordonnés par la Commission Européenne pour l'élaboration d'un nouvel agenda stratégique de recherche et d'innovation pour la mer méditerrané. Cet agenda a été approuvé le 16 octobre 2015 à Venise par les six États membres méditerranéens.

Concomitant avec le lancement des accords de Galway, signés entre l’UE, les USA et le Canada, qui permettent à la Commission Européenne de dédier certains appels à projets à la recherche marine et maritime dans le cadre d'une coopération Transatlantique, la Commission Européenne et les États Membres méditerranéens (Italie, Espagne, Grèce, Malte, Chypre, Croatie, Slovénie, France et Portugal) ont développé au cours de l'année 2015 un agenda stratégique de recherche et d'innovation (SRIA).

Son objectif ? Répondre aux différents défis de la recherche marine et maritime en mer méditerranée, afin de développer la croissance et de stimuler la création d'emplois.

Les 4 missions principales de l’initiative BLUEMED sont de :

  1. Promouvoir la coopération dans la recherche et l'innovation entre tous les pays Méditerranéens en engageant les parties prenantes publiques et privées
  2. Hiérarchiser les actions ayant un impact sociétal fort
  3. Assurer l'utilisation efficace et efficiente des ressources et des infrastructures par les États membres
  4. Développer des solutions innovantes pour créer de nouveaux emplois «bleus», améliorer le bien-être social et le bon état écologique, assurer la croissance économique (durablement).

L'agenda se décline en 3 domaines pour lesquelles sont  identifiées des actions de recherche et d'innovation:

  1. Connaissance des écosystèmes, des dynamiques marines et des risques
  2. Identification des domaines économiques clés et les besoins en Recherche & Innovation associés
  3. Technologies innovantes

Les états membres et l'ensemble des acteurs de R&I doivent maintenant définir le plan de mise en œuvre de cet agenda, dans le cadre d'une coopération renforcée avec les Pays de la rive Sud. L'Ifremer et le CNRS portent la contribution de la France à l'Action de Coordination et de Support (CSA), pour la mise en œuvre du SRIA Med (H2020 BG-13-2016 Support to the BLUEMED Initiative: Coordination of marine and maritime research and innovation activities in the Mediterranean).

Initiatives avec les Pays de la Rive Sud

Maroc : Jumelage Aquaculture

Conduit entre mars et octobre 2015 et financé par l'UE, ce partenariat franco-marocain avait pour objectif de renforcer les capacités de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture (ANDA) au Maroc. Ce projet s'est appuyé sur l'expertise des agents du MAAF (Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt), de la DPMA (Direction des Pêches Maritimes et de l'Aquaculture), de l’Ifremer, du CIRAD, d’AgroCampus Ouest, du CRC Bretagne (Comité Régional de la Conchyliculture), de l’ITAVI, de FranceAgriMer. Les recommandations ont permis la mise en place d’un plan d'actions et d’un plan stratégique aquacole pour le Maroc.

Tunisie : reprise du dialogue entre l'Ifremer et l'Institut des Sciences et Technologies de la Mer Tunisien

Les deux instituts se sont rencontrés en septembre 2015 dans le cadre d’une relance de la collaboration franco-tunisienne. L’objectif est de renouveler l'accord cadre de collaboration signé en 2009. Cet accord cadre vise une collaboration dans les domaines de la pêche, de l'aquaculture, de la gestion des zones côtières et des biotechnologies.

Algérie : développement d’une pêche et l'aquaculture durable

Les secteurs de la pêche et de l'aquaculture sont des secteurs ayant un potentiel de développement majeur pour l'Algérie. L'importance de ces secteurs s'illustre au travers de l'Accord d'Association Algérie-Union Européenne, mais également par le Plan d'Action du Gouvernement, le Schéma Directeur de Développement des Activités de la Pêche et de l'Aquaculture à 2025 (SDDAPA), et les textes de lois relatifs à la pêche et à l'aquaculture.

Jumelage scientifique

Dans le cadre d’un jumelage européen, l’Algérie et la France se sont associées afin de contribuer au développement et à la gestion durable de la pêche et de l’aquaculture dans le pays. Le projet vise à optimiser l’efficacité opérationnelle du Centre National de Recherche et de Développement de la Pêche et de l’Aquaculture (CNRDPA), crée en 2008, en tant qu’instrument d’aide à la décision dans le secteur.

Pour atteindre ces objectifs, un travail d'analyse a été mené pour mettre en place :

  • un cadre juridique et institutionnel de la structure qui confirme son organisation, notamment vis-à-vis des objectifs de recherche et de développement et gestion durables des ressources,
  • une proposition d'organisation des services du CNRDPA capable de répondre aux exigences d'efficacité, de rigueur scientifique et de transparence, et d’être officiellement reconnue comme autorité compétente aux niveaux national et international,
  • une stratégie et des méthodes de recherche scientifiques éprouvées, qui permettent de mettre en place une base scientifique solide pour l'élaboration des avis, d'appuyer le développement des secteurs de la pêche et de l'aquaculture, de poursuivre et de développer les collaborations scientifiques avec les ORGP dans la Mer Méditerranée.

Entre juillet 2012 et juillet 2014, le MAAF, l’Ifremer, le CIRAD, le CNAM-Intechmer et l’Office de l’Environnement de la Corse ont mobilisé une vingtaine d’agents. Par ailleurs, plusieurs chercheurs algériens ont embarqué sur la Thalassa et d’autres ont été accueillis et formés dans les laboratoires de l’Ifremer.

Deux résultats concrets, bénéficiant de l’expertise du jumelage, sont emblématiques des réalisations du projet :

  • l’élaboration du plan stratégique 2014-2020 du CNRPDA,
  • la mise en place du navire de recherche océanographique « Belkacem Grine », opérationnel pour mener les campagnes d’évaluation des ressources démersales et pélagiques.