Zone Afrique

Océan Indien : le projet PAMELA et les marges continentales

Le projet PAMELA (« Passive Margin Exploration Laboratories ») est un programme de recherche sur les marges passives intégrant des sujets comme la structure géologique et l’évolution thermique d’une marge, la répartition spatiale et temporelle des dépôts sédimentaires et leur stabilité, les écosystèmes associés aux sorties de fluides, la biodiversité des plateformes carbonatées sous-marines mais aussi l’influence de la nature des sédiments sur le comportement des hydrates de gaz.

Dans le cadre de ce projet, de nombreuses campagnes océanographiques sont prévues dans le canal du Mozambique jusqu’en 2018, et plus particulièrement dans les Zones Économiques Exclusives (ZEE) du Mozambique, de Madagascar et d’Afrique du Sud. Un travail de sensibilisation a dû être entrepris dans l’objectif d’obtenir les autorisations de travaux dans les zones concernées.

La ZEE du Mozambique étant particulièrement concernée par ce projet de géoscience, un partenariat a été mis en place entre les partenaires du projet (Total et l’Ifremer) et nos homologues mozambicains. L’Université Eduardo Mondlane (UEM), avec son département de géosciences est devenu un partenaire déterminant sur place. Un accord de coopération a été signé entre l’Ifremer et l’UEM le 28 octobre 2014 afin de faciliter la mobilité des chercheurs et des étudiants, et de permettre des échanges de données.

La mise en œuvre de cet accord passe par l’implication de chercheurs de l’institut et des partenaires du projet PAMELA dans la mise en place d’un master de géologie côtière à l’UEM. Le service de coopération de l’ambassade de France au Mozambique encourage et soutient cette démarche par le financement de bourses de mobilité. Des étudiants de l’UEM seront également accueillis dans des laboratoires de l’institut dans le cadre de projets de recherche de niveau master en lien avec les thématiques du projet PAMELA.