Éthique et déontologie

L'Ifremer s'engage pour une recherche responsable et exemplaire.

Comité d'éthique et charte nationale de déontologie des métiers de la recherche

En 2015, l’Ifremer a rejoint le Comité d’éthique commun entre le CIRAD et l’INRA. Ce comité d’éthique sert les trois principaux établissements publics nationaux de recherche associés à l’exploitation des espaces ouverts, terrestres et maritimes.

« Le terme même d’exploitation de l’environnement naturel des êtres humains souligne d’emblée la nature des questions éthiques liées à l’activité de ces instituts de recherche : fournir aux habitants de notre planète ce dont ils ont besoin pour vivre, certes des denrées et du travail, mais aussi de la beauté et du bien-être, habité de la conscience vive que les générations futures devront pouvoir en profiter et en jouir eux-aussi ». Axel Kahn, président du comité.

L’institut a décidé d’adhérer formellement aux principes de la charte nationale de déontologie des métiers de la recherche signée le 26 janvier 2015 par la CPU, l’INRA, l’INSERM, le CNRS, le CIRAD, l’INRIA, l’IRD et l’Institut Curie, rejoints par l’Institut Pasteur, l’IRSTEA et l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris.

Charte de déontologie de l'Ifremer

Il en a conduit une déclinaison propre sous forme d’une charte de déontologie de la recherche à l’Ifremer entrée en vigueur au 1er janvier 2017, qui constitue la pierre angulaire du dispositif en matière de déontologie et d’intégrité scientifique mis en place par l’institut.

Pour assurer la mise en œuvre et la déclinaison opérationnelle de ce dispositif, une fonction de délégué à la déontologie et à l’intégrité a été créée, placée auprès de la présidence de l’établissement. Le délégué a vocation à proposer et superviser la mise en œuvre des divers dispositifs susceptibles d’encourager et de promouvoir les bonnes pratiques.