Conchyliculture

Surveillance de la santé des mollusques marins, Soutien à la filière ostréicole et Expertise sont les missions de l'Ifremer.

La surveillance de la santé des mollusques marins

Dans le contexte de la mise en place d’une réglementation européenne concernant les espèces aquatiques, la surveillance de la santé des mollusques marins est réalisé depuis 1992 dans le cadre du Repamo (REseau de PAthologie des MOllusques). Ce réseau de surveillance s’intéresse à l’état de santé des mollusques du littoral français métropolitain, qu’ils soient issus de gisements naturels ou d’élevage en lien à la recherche/détection d’agents pathogènes. Il assure une mission réglementaire et une activité de service public déléguée par le Ministère de l’Agriculture à travers la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL), autorité compétente en matière de santé des mollusques marins.

S’appuyant sur le constat que les stratégies de lutte préventives semblent préférables aux stratégies de lutte curative dans la filière conchylicole, l’institut a proposé d’orienter plus particulièrement les objectifs de cette surveillance vers la détection précoce des infections des coquillages dues à des organismes pathogènes exotiques et émergents. Dans ce contexte, en s’appuyant sur les outils réglementaires disponibles, il a été proposé deux approches méthodologiques complémentaires fondées sur les risques :

  • l’une, événementielle, généraliste et réactive, repose sur le signalement de mortalités de coquillages par tout acteur de la conchyliculture,
  • l’autre, planifiée, ciblée sur une liste finie d’infections, et proactive, s’appuie sur le suivi régulier d’indicateurs de santé chez les animaux.

Depuis 2015, un dispositif transitoire a été mis en place afin d’aboutir à moyen terme à un objectif de détection précoce des infections des coquillages dues à des organismes pathogènes exotiques et émergents. Dans ce cadre, trois axes sont ainsi déployés et coordonnés au niveau de l’Ifremer :

  • une surveillance planifiée des mortalités et des maladies de l’huître creuse, Crassostrea gigas, s’appuyant sur le réseau d’observation RESCO ;
  • une surveillance planifiée des mortalités et des maladies de la moule bleue, Mytilus edulis, s’appuyant sur le réseau d’observation Mytilobs ;
  • une surveillance événementielle des mortalités des autres espèces de coquillages d’intérêt, faisant suite à une déclaration de mortalité de coquillages par un professionnel de la conchyliculture.

En parallèle, cette évolution de la surveillance s’accompagne de propositions méthodologiques par l’institut pour optimiser les modalités de surveillance, dans le cadre d’un appui scientifique et technique à la DGAL.

Un laboratoire de l'Ifremer a été choisi par les services de l'état français (DGAL) et par l'Union Européenne comme laboratoire de référence pour les maladies des mollusques marins. Il s’agit du Laboratoire de Génétique et Pathologie des Mollusques Marins (LGPMM) de La Tremblade qui est Laboratoire National de Référence (LNR) et Laboratoire de Référence pour l’Union Européenne (LRUE). Il contribue ainsi à améliorer et harmoniser le diagnostic et la surveillance des maladies des mollusques au sein de l’Union Européenne.

Soutien à la filière ostréicole

Depuis 2009, l’Ifremer assure un soutien à la filière ostréicole en approvisionnant les écloseries françaises en huîtres tétraploïdes. Ces stocks d’animaux sont produits directement à partir d’huîtres diploïdes et conservés dans les installations expérimentales du Laboratoire de Génétique et Pathologie des Mollusques Marins (LGPMM) de La Tremblade. Leurs descendants, obtenus chaque année par simple croisement, sont mis en maturation et fournis aux écloseries après vérification de leur état sanitaire et de leur niveau de maturation.  En parallèle, suite au souhait émis par l’Ifremer de transférer cette activité de production à d’autres acteurs de la filière ostréicole, l’institut a apporté son expertise à la Direction des pêches maritimes et de l'aquaculture, dans la démarche en cours pour définir un cadre réglementaire visant à garantir la sécurité en matière de non-dissémination de mollusques tétraploïdes.

Expertise

L'Ifremer réalise régulièrement des expertises pour le compte de la DPMA, en particulier dans le cadre des mortalités de coquillages qui se produisent de façon récurrente depuis plusieurs dernières années. L’institut réalise également différentes études dans le cadre de la convention établie annuellement avec la DPMA dans le domaine aquacole (conchylicole et piscicole). Enfin, l’Ifremer transfère également les résultats de ses recherches dans le cadre des accords cadres passés avec d’autres acteurs de la filière tels que le SYSAAF (Syndicat des Sélectionneurs Avicoles et Aquacoles Français) ou le CREAA (Centre Régional d’Expérimentation et d’Application Aquacole).